résume Voyage Ardèche



Au départ de notre aventure ardéchoise, 9 motos fringantes, avides de virolos printaniers et de beaux paysages ;  un beau temps à couper le souffle – et ça c’était pas gagné au moi de mai, même si le dicton invite à faire « ce qu’il te plait » !!!
Un petit tour de chauffe sur la route de Gréolières, un café au col de Leques et les premières joyeusetés entre amis fusent, il faut bien que le groupe se constitue !
Fin de marché du samedi au village où nous restaurons le midi, rejoins par nos amis antibois qui ont pris un raccourci pour cause de concert AC/DC la veille – cela ne nous rajeunit pas ! Cela dit, ça a donné le ton,  où comment Macamdam Azur réussit ce bel exploit de réunir en son sein fans de hard rock et amateurs de « Stabat mater ». La discussion à l’apéro fut d’ailleurs animée le lendemain, on ne concilie pas l’inconciliable !!
Le GPS nous joue ses premiers tours à la traversée du Rhône,  et après quelques surprises dans la trajectoire nous voilà attaquant les Gorges de l’Ardèche ; une photo de groupe au seul et unique arrêt, dommage diront fort justement certains mais un car malencontreux nous incite à poursuivre la route : le motard fuit le touriste et l’effet « petit train », c’est bien connu également. Une pause à Pont de l’Arc, un joli défilé avant l’arrivée à Sanilhac où nous attendent la Bastide majestueuse et sa piscine… non chauffée. Les azuréens ne sortiront pas le maillot, il y a maldonne !!! Du coup, douche et apéro direct avec vue sur la vallée, on se détend. Repas gourmet et bonne ambiance clôturent cette première journée.
J2 : 9h 15, clé dans le contact, 9h 30 halte au carburant où notre groupe bruyant se mêle à un groupe plus bruyant encore de vieilles voitures, le tout dans une atmosphère bon enfant : on est en vacances non ? Encore un petit coup de sang avec le GPS et la route se déroule avec délices sous nos yeux ébahis, entre Ardèche, Gard et Lozère, superbe de silence et de beauté. Pause café dans un improbable petit village où la gentillesse des autochtones contraste farouchement avec nos habitudes côtières…  encore quelques rubans d’asphalte verdoyants et c’est l’arrivée à Pont de Montvert, au bord de la rivière. Repas à « La Truite enchantée »  (pas celle de Schubert, une autre…), un nom pareil ça ne s’invente pas, dans la joie et la bonne humeur. Retour par les cols et Aller Retour encore pour certains ; la fin de la balade est à géométrie variable mais tout le monde rentre au bercail, sain et sauf. Au menu de cette seconde soirée : chansons paillardes et grosses rasades d’humour, l’assistante masculine étant particulièrement en forme; le motard fatigué mais heureux ne s’en laisse pas conter, loin s’en faut. Louis s’essaye aux accents, José à la grivoiserie, Gaël aux conseils avisés, Patrick et Jacques reviennent avec véhémence sur leur gouts musicaux respectifs, Nourson et Philippe se demandent quelle mouche les a piqués de partager cette aventure et notre Président préside, comme il se doit, dans le courant d’air de cette salle de restaurant contaminée par les fous rires de la tablée.
Lundi matin, toujours autant de soleil… et de vent dans la vallée du Rhône. Direction l’Aven d’Orgnac, on est « estomaqués » par la beauté du lieu à en faire oublier les « putains de 700 marches », dixit Jacques, descendues pour atteindre le fond du gouffre. En avance sur l’horaire, la femme du président prend une initiative périlleuse, « à brûle pourpoint » ; renonçant au facile confort  du repas réservé dans un 3 fourchettes local, elle embarque la troupe pour une table « en terrasse » à Vaison la Romaine réservée la dernière minute – merci le tout petit écran du Smartphone et Tripadvisor. Une terrasse oui, mais à l’ombre et …  au vent.  Un restaurant, non, mais un « endroit » tenu par Daan, un jeune Hollandais au fort accent et à l’énergie communicative qui, comprenant bien que sa douce moitié est débordée dans sa minuscule cuisine pour rassasier à 13 h cette troupe affamée, nous joue entre chaque plat un air de musique, parvenant à réconcilier nos amateurs de Hard rock et de chant lyrique et même à réchauffer quelque peu l’atmosphère. Malgré le froid et la faim, personne n’en veut finalement aux GO pour cette halte impromptue, finalement sans trop de « fausses notes ».
Il est temps de se séparer, certains pressés de rentrer rejoignent l’autoroute, d’autres se dirigent au sud vers le Var, d’autre enfin choisissent de rentrer par le Ventoux et la route Napoléon refusant jusqu’au bout « les voies à péages ». Encore quelques beaux paysages, routes magnifiques et pauses diverses et c’est « home sweet home ». Un grand bravo à tous pour la bonne humeur et l’optimisme, la franche camaraderie dont vous avez preuve lors de la traversée de ces 8 départements et de ces mille kilomètres en 3 jours.
A très bientôt pour de nouvelles aventures…
 
 
 
 
 
 

Samedi 21 Mai 2016
Isabelle P
Lu 171 fois

actualités | bons plans | Resumés | voyages | règlement interieur MCMA | annonces | Mes videos | Sorties 2014 | Sorties 2013 | Sorties 2012 | Sorties 2011 | Sorties 2010 | Nos Sortie 2015 | Hors Club | Nos Sorties 2016 | Nos Sorties 2017