Résumé du Voyage en Savoie 2018



La Haute Savoie ou à la recherche du Col Alpin accessible, voyage organisé par Roland Tossan du 18 au 21 mai.
C’est à 8H30 que le premier groupe se retrouve au péage de la Turbie. Nous regrettons le forfait de Sandrine suite à son accident domestique et les 5 GS avec Roland, Philippe-Joëlle, Patrick-Florence, Maurice et Jacques et la K16 avec Bernard-Françoise partent rejoindre la 6ème GS Salvatore-Anne à Vintimille.
La météo est favorable et c’est sur un rythme soutenu que nous atteignons Tende pour un café mérité.
La route se poursuit en Italie et après un arrêt après Cuneo, dans un petit resto à l’accueillante terrasse ombragée, nous quittons le Piémont et ses riches terres agricole baignées par le Pô, en laissant Turin à notre droite, et sous la majestueuse surveillance du « Forte di Bard » nous pénétrons dans la Vallée d’Aoste, par autoroute certes mais avec le Cervin se profilant à notre droite et le Mont Blanc à notre gauche, quels paysages pour nous conduire vers notre objectif le Grand Saint Bernard. C’est par le tunnel et non par le col (toujours fermé à la circulation) que nous entrons en Suisse par une belle route toute en rondeur, et rejoindre le lac Leman dont la voie côtière des plus chargées nous amena sur Thonon les Bains. Mais quand on sait que le jeune Rhône traverse le Lac, d’Est en Ouest, de Le Bouveret à Genève, en plus de 10 ans, nous pouvions être patients en remontant les files.
Notre Hôtel l’Arc en Ciel nous accueille et nous enchantera tout le séjour par la qualité de ses prestations et la courtoisie de son personnel.
Après installation dans nos chambres et une douche bien méritée après ces 500 kms, nous mettons en place le rituel qui perdurera durant les 2 soirées suivantes : apéritif obligatoire et diner au restaurant. Cela permettra à Roland de refaire avec l’aide de Salvatore et Jacques tous les roadbooks prévus suite à l’ouverture reportée de tous les Grands Cols en raison d’un enneigement exceptionnel en cette période.
Pour le lendemain et dans sa grande mansuétude Roland accepte un départ décalé à 9H. Nous démarrons en direction d’Annecy via le massif des Aravis, mais le Grand Bornand nous étant interdit d’accès par le Col de la Colombière, c’est le Petit Bornand par les gorges des Eveaux qui accueillera nos motos puis un ensemble de routes virevoltantes dont le tracé se fera en fonction des accès ouverts ou fermés des cols de la région.
Après un arrêt restauration à Entremont, autour d’une unique et grande table où nous fut servi un délicieux mais peu local « poulet basquaise » nous descendîmes vers le Lac d’Annecy. Une petite averse de 10 mn au col de Bluffy nous rafraichit avant le grand soleil et la chaleur d’Annecy.
Après avoir admiré cette cité chargée d’histoire et notamment sa vieille ville avec ses rues pavées, ses canaux sinueux et ses maisons aux couleurs pastel, nous reprenons la route de Thonon.
Le chemin du retour fut dynamique, les GS tenant à démontrer leurs qualités de routières sur le ruban goudronné de nos nationales. Les vitesses atteintes furent intéressantes sur le plan de la théorie des grands nombres démontrant à l’évidence que la multiplication des km/h sur nos compteurs n’est que l’addition et donc la simple répétition de petits coups de canifs au code de la route.
Mais comme me l’a confié à l’arrivée notre doyen et notre grand sage (et pas que par la taille) Maurice : « …si on ne peut plus être jeune désormais… », et poursuivant tel Confucius le Grand Philosophe du Trail chinois : "La nature fait les hommes semblables, la GS 1200 les rend différents."
La troisième journée nous amena à visiter l’adorable cité médiévale d’Yvoire du XIVème siècle sur le Lac Leman, puis une petite incursion en Suisse avant de reprendre la route vers le Lac du Bourget.
Après avoir vainement essayé de passer par le massif de Salève, nous fumes amenés à prendre la route la plus directe jusqu’à Rumilly. Là une délicieuse route de montagne nous amena au Nord du Lac du Bourget pour un arrêt restauration des plus sympathiques à deux pas des écluses du canal de Savières. (Qui relie Lac du Bourget au Rhône)
L’après midi nous permit de rejoindre Aix les Bains par la route des Crètes et ses magnifiques panoramas.
La circulation chargée de ce retour de Dimanche ne nous permit pas de s’arrêter dans cette si belle ville thermale et nos passagères furent fort marries de ne pouvoir au moins une fois personnifier celle qui fut la muse de Lamartine. Les GS ne sont pas romantiques et nous filâmes sur un rythme soutenu vers Thonon, via Annecy.
Après un apéritif sur le port de Thonon nous rentrâmes à l’hôtel pour nous préparer pour une virée à pied (oui même Philippe…) dans un restaurant de la ville.
En ce matin du 21 mai c’était déjà le jour du retour. Après un démarrage vers 8h30, nous primes la direction la plus directe pour rejoindre Grenoble.
Là, sur les pas inverse de Napoléon nous parcourûmes la route du même nom, dans sa totalité pour Patrick-Florence et Bernard-Françoise et via Gap, Digne et Castellane.
L’autre groupe, de Gap prit la direction de Barcelonnette, où il avait rendez-vous avec la Maréchaussée, (Une histoire de sens interdit et de TomTom-Garmin, Roland et Salvatore vous raconteront) et le col de la Cayolle…
Cette belle virée était terminée, nous sommes tous rentrés heureux et fourbus dans nos pénates respectifs, déjà prêts à tracer de nouveaux trajets sur la route de nos futures aventures.
A cannes le 26 mai 2018

 


 

 




Lundi 28 Mai 2018
Patrick MONTIEL
Lu 225 fois

actualités | bons plans | Resumés | voyages | règlement interieur MCMA | annonces | Mes videos | Sorties 2014 | Sorties 2013 | Sorties 2012 | Sorties 2011 | Sorties 2010 | Nos Sortie 2015 | Hors Club | Nos Sorties 2016 | Nos Sorties 2017 | Nos sorties 2018