Résume Voyage 3 jours les Alpes/Queyras



Après Astii-Alba, Beaune, le Beaujolais, la barre était haute. Qu’allait donc nous concocter le Président et sa fidèle trésorière adjointe qui lui sert d’épouse aussi, je veux dire sa fidèle épouse qui lui sert de trésorière adjoint !!!…
Quelques chiffres valent mieux qu’un long discours:
 
-8 motos dont 7 GS (et 1 Gold Wing)
-1500 kms
-14 cols
-881 CV 
-10,200 litres de cylindrée
-altitude 3200 mètres
-4,5 kgs de gnocchis engloutis 
-17 bouteilles de vins rouges, 3 bouteilles de blancs
-0 pannes
-0 accident
Bref, la litanie serait trop longue aussi je l’abrégerais en citant les couples qui ont rendu possible cette belle aventure:
Dany et Emile (Dany,t’as mis ou les cartes?)
Isabelle et Christian 
Marie France et Michel
Joelle et Lucas
Marie Paule et Patrick
Claude et Christian
Salvatore et Frédéric 
 
Départ samedi aux doigts de fer de Cantaron. Tout le monde est là frais et dispos.Patrick distribue des bonbons à l’anis pour ceux qui ont l’haleine chargée... et les autres.
Tout de suite , on voit qu’on ‘a pas lésiné, col de Nice, col de Braus, col de Tende…on est d’entrée dans le gras du jambon!!! Premier repas en Italie (Agriturismo) et là c’est le feu d’artifice: antipasti, primo, secondo, tertio, quattrio, cinquo…et andiamo ...la fiesta del slipo en quelque sorte.On raconte qu’un convive aurait repris trois fois des gnocchis… Les vins sont à l’avenant mais les bouteilles sont consommées avec une grande modération, jamais plus haut que le bord du verre dans le plus pur style Macadamianazurien. Après une courte visite organisée par Isabelle de la belle abbaye de Straffarda sauf pour Savatore qui préféra visiter Notre Dame de la Ronfletta (un peu de culture ne fait jamais de mal), nous repartons à l’assaut des plus grands cols des Alpes, Agnel, Isoard, Lautaret…pour arriver jusqu’à la charmante petite bourgade de Château Queyras, son église, sa mairie et sa gendarmerie. Les fourbes embusqués derrière un bosquet tombent alors comme la syphillis sur le bas clergé sur notre cher Président qui aurait dépassé de quelques kms la vitesse prescrite et lui admonestent une sanction bien sévère à notre goût…Il faut bien éponger les 50mds de déficit et le motard est une vache à euros, disons le carrément.
Bref après une très belle route, météo et paysages merveilleux, nous arrivons à notre hôtel à la Grave beau village des Ecrins.L’hôtel bien que tenu par des Ecossais est très agréable et doté d’une belle terrasse à apéro que nous étrennons par le désormais mythique apéro du club. Le 1er repas est  joyeux et nous testons différents breuvages qui ne nous convainquirent pas à 100%...Cela n’empêche pas Emile de lancer une contrée à table ou notre Président subit une 1ère rude défaite. La chère est bonne et  les appétits aiguisés.
Après cette bonne soirée, chacun regagne ses pénates avec sa moitié, pour goûter un repos bien mérité. 
Le lendemain, opération « ton postérieur compte pas pour du beurre » avec une petite journée de repos pour reposer nos fessiers puisque l’après midi, nous avons décidé de prendre le téléphérique pour le glacier de la Meije. Mais avant cela, nous avons rendez vous avec un des sommets mythiques des Alpes:l’Alpe d’Huez. 2 remarques s’imposent:
-le sommet est plus facile à atteindre en moto qu’en vélo…
-l’Alpe d’Huez est aussi en course pour être la station championne du monde de la salade light: jugez en vous même: salade Caesar sans poulet ni parmesan à 15€ moi j’appelle ça de l’enculade montagnarde  !!! 
Bref, les routes fantastiques , les fleurs, les marmottes, nous font vite oublier ce détail. De retour à l’hôtel, en route pour la Meije et son glacier.Le voyage en téléphérique est merveilleux, dommage qu’une odeur de marmotte crevée perturbe un peu la voiture de Christian P. En haut le paysage est sublime et la température somme toute clémente. Les plus courageux vont jusqu’à marcher dans la grotte (du pied gauche) de la Meije. A quelques mètres de profondeur, on peut admirer des sculptures de glace éternelles.
Retour par la dernière benne avec toujours une odeur de marmotte crevée dans la voiture de Christian. Sans que je ne comprenne trop le sens du propos, certains membres scanderont à l’adresse de notre Président « lève les bras, mets du Narta ». Bizarre…
Le soir, la contrée fait rage à l’apéro et Emile qui a mangé du lion réclame les cartes !!! Patrick est à 2 doigts de replonger…
Au diner malheureusement sans Salvatore qui a du nous quitter pour aller bosser, nous faisons le classico: les femmes d’un côté , les femmes de l’autre , la bataille du chandelier fait rage car l’on n’y voit pas plus clair que dans le rectum d’un africain. Patrick dont la nouvelle devise est "j’aime la vie, j’aime l’amour, je bois du Saint Amour" en commande de l’excellent.
Nous assistons à un moment de démocratie au sein du bureau autour d’un thème Shakspearien « Pique nique or not pique nique ? » La réponse bientôt sur le site de votre moto club préféré.
Malheureusement, les meilleures choses ayant une fin, il fallait aller reprendre des forces pour rentrer dans notre belle région.
Au petit déjeuner, tout le monde est en forme, prêt à chevaucher sa monture (je parle de la moto). A 9h00 pile, nous sommes en selle et la clef tourne, BROOAP font les twinw, VVVVVVV fait le 6 à plat.
Là aussi, cols magnifiques, routes superbes et une halte déjeuner à Entrechastaye à la ferme auberge connue des fidèles du club où le Patron et la cuisinière (sa femme) nous font un festival presque à l’improviste avec en bouquet un sorbet minute aux maras de bois dont j’ai encore le goût…
Mais bien sûr un voyage Macadam ne serait pas un vrai voyage sans une bonne rincée et celle là arriva sous forme d’une bonne dégelée dans l’ascension du col de la Cayolle avec un orage de grêle pas piqué des hannetons…
Combis en place, nous dévalons jusqu’à Enrtraunes ou nous pouvons repasser en pneus secs. La précision du récit m’oblige à mentionner qu’un de nos membre (si j’ose dire) se plaint d’avoir le kiki mouillé.
C’est à Entrevaux que nous clôturons ce voyage organisé de mains de maître par les Polizzi par un verre au bar des Remparts.
En conclusion, il est évident que les ingrédients d’un tel périples sont simples:
-de bonnes motos (nous avons les meilleures)
-de belles routes et de beaux paysages (d’où l’importance de l’itinéraire)
-des auberges accueillantes et conviviales
-et surtout des participants qui ont envie d’être là, ensemble, sans se prendre au sérieux,  avec de la bonne humeur et le sens de l’humour !!! Et cela a été le cas !!!
Le voyage au Queyras est terminé, vive le prochain voyage (Dolomites)!!! et merci à ceux qui ont eu le courage de lire jusqu’au bout.
Frederic D.


Mercredi 2 Juillet 2014
Frederic D.
Lu 317 fois

actualités | bons plans | Resumés | voyages | règlement interieur MCMA | annonces | Mes videos | Sorties 2014 | Sorties 2013 | Sorties 2012 | Sorties 2011 | Sorties 2010 | Nos Sortie 2015 | Hors Club | Nos Sorties 2016 | Nos Sorties 2017