RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009



L’Aveyron, la Lozère, la cambrouse
Laver rond, l’Allo Zaire, la cambrouse










RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009

On y fut allés, emmenés par le valeureux Garnerone, fier et courageux, toujours prêt à payer de sa personne.


Mais c’est que ledit Philou avait bien préparé son coup (Sandrine confirmera ), et après un début chaotique, voire inquiétant, qui nous mena bien trop près du centre commercial de Lunel, si pittoresque, et faillit nous entraîner dans un Kebab, l’affaire fut finalement rondement menée ; et un premier repas de belle allure nous fût servi à Sommières, les motos paisiblement rangées sur la placette règlementaire, signe des bons endroits.




RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009

Il nous en avait fallu des efforts pour y arriver ; 12 kms de bande d’arrêt d’urgence, un méga embouteillage, des pirates Mogadichiens, les Rapetout, bref, ce n’était pas un trajet de lopettes. Mais comme aimait à le dire Le Général, « là ou il y a une volonté il y a un chemin » et malgré les GPS, le chemin, trouvé il fut.





Qui était là ? Me demandez vous, hagards (du Nord), et palpitants d’impatience.


Il y avait des Errtés, enfin majoritaires et vaillantes, des 1200, des vraies, avec des trucs qui dépassent en bas, qui font du chaud, et des roues circulaires.


Des GS Adventures, 1 anglaise, et une courageuse R 1150 R, naked, domptée par Fast Freddy.
Sur les motos il y avait des hommes, des tough guys, des durs et parfois, gracieusement posées sur leur selles, tels des lépidoptères effarouchés, de ravissantes sylphides, au potentiel érotique hors du commun.


Dois-je citer ? Demandais-je en régie ? Oui, me répond on, donc je cite :


Par ordre de préséance : le staff d’abord


Philou, chef de meute, accompagné de SB, toujours prête à satisfaire les moindres désirs de son aimé.


Marco, Monsieur le Trésorier, qui nous extorqua des chèques ahurissants, avec fermeté et délicatesse (…laissez, laissez, je mettrai l’ordre moi-même….)
Christian « Lonesome »  Bulinsky, qui raconte très bien des histoires cochonnes, profitant de l’absence de Madame, réfractaire à la chose motocycliste.
Fast Freddy déjà cité et Isabelle, dans leurs combinaisons de pluies si seyantes Les RT :
Faraut et Faraut, toutes moustaches dehors, surtout lui, légende vivante de la Bayerische Motor Werke, qui abat des bornes par paquet de mille, entre un Avc et deux infarctus
Philippe et Pascale, immatriculés MC, très polis, très discrets, très en rodage, ceci expliquant peut être cela. Dominique et Christine, couple au glamour affirmé, responsables de plusieurs bris de sommiers et dont la tête est mise à prix dans la plupart des chaînes hôtelières.
Enfin, votre serviteur, humble plumitif aux émoluments ridicules, accompagné de sa pneumatique et si souriante maîtresse. Votre serviteur, docile et effacé, suivant aveuglement les ordres du  Lider  Minimo, (perinde ac cadaver comme il est dit).


RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009

Au 1er soir, nous arrivâmes à Meyrueis, à l’Hôtel du Mont Aigoual, bien nommé car il est à plus de 30 Kms du Mont Aigoual. hôtel plutôt haut de gamme compte tenu des standards habituels du MCMA, lits parfaitement horizontaux, eau chaude, froide et tiède au choix, et autres raffinements… Mais surtout, hôtel régenté mussolinesquement, d’une main de fer dans un gant d’acier par La Patronne, dame au fort caractère, à laquelle rien de ce qui était Hôtel du Mont Aigoual n’était étranger.


Repas plus qu’honorables, servis par un garçon éminemment pittoresque, échappé d’un music hall des années 30, calembours et apartés à chaque plat, et maximes philosophico paysannes, dès 8h 30.


Dommage, nous ne pûmes former notre habituel carré, ou rond, ou rectangle convivial, car deux tables séparées nous étaient assignées. L’autorité de La Patronne, et une certaine timidité de notre équipe dirigeante ayant freiné nos velléités de regroupement.




Donc ambiance sympa certes, mais feutrée, conversations de bon aloi, loin des débordements habituels auquel nous avons été habitués, point de salle mise à feu et à sang, point de barriques éventrés, de serveuses culbutées . Un Mcma viril mais correct comme on dit au rugby à XIII et même à XV.


RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009

Le premier jour donc, fut consacré à amener la tribu jusqu’à Meyrueis, point névralgique de notre épopée, en comparaison de laquelle, celle de Gilgamesh n’est qu’un récit de scouts imberbes, voire de Jeannettes pré-pubères.


Au matin du deuxième jour, Dieu créa la pluie, et là nous fûmes fort emmerdés, sauf Michel et Gab’ optimistes invertébrés (ou invétérés, je ne sais plus), qui avaient eu la sage précaution d’ôter les combines de pluie de leurs bagages, afin de les laisser bien au chaud à Nice, pour leur éviter de se mouiller.


Donc le départ ne fut pas si matinal que çà, il faut le dire (d’ailleurs, je le dis), et ce n’est que vers 9h30, que s’ébranla la petite troupe, profitant d’une éclaircie à l’Ouest, ce qui était nouveau.


Quelques dizaines de virolos fort plaisants, pas assez quand même, une centaine de bornes quoi, et hop, déjà attablés pour déjeuner, dans une auberge douillette. Décidemment l’aspect hôtelier du club est en progrès, plus qu’à se débarrasser des motos, et on sera enfin vraiment peinards…
Post-prandialement, et avec quelques difficultés de digestion, avouons le, nous nous traînâmes jusqu’à la visite en petit train touristique du Chaos de Montpellier le Vieux. Le Mcma en petit train, cuir, bottes et casque, nous étions bien beaux et très sages. On a penché dans les virages quand même.


Fin de visite un peu précipitée pour cause d’orages annoncés et la méga douche pendant un long quart d’heure, direction l’hôtel de toute urgence. Une petite journée de balade, 190 Kms à tout casser, on est restés un peu sur notre faim (c’est une expression), mais on ne pouvait faire mieux compte tenu de la météo hostile.


Heureusement, le soleil avait rendez vous avec nous dès le matin suivant, matin du départ et de la déchirante séparation (en abrégé MDDS). Nous partîmes même avant l’heure dite, pour avaler moult kilomètres à travers le Causse Méjean et tous les hauts lieux de la Lozère, ah oui, ça était de la belle route ça mes amis. Du macadam tendre et doux qui caressait mes Metzeler, une petite troupe bien en ordre, chacun à sa place ( la mienne c’est entre Marc et Freddy ) .Fini le Causse Méjean, et hop, la Corniche des Cévennes, rraaahhh…. lovely… dommage qu’une surpandorisation intensive, nous ait obligé à ronger notre frein (moteur), et à restreindre étouffer, castrer, nos pulsions Barrichinesques. Puis nous ne nous perdîmes que quelques fois, et tout le monde était néanmoins au Café à 11 heures. Brioches, café, thé et Wc à la turque, le luxe quoi…


Regroupés, on file direction Avignon, mais auparavant, une dernière halte de qualité au Restaurant de l’Ancienne Gare à Uzès. Très bonne adresse, Pana cotta réglisse citron remarquable, salades épatantes, bref une trouvaille, avec un plus un jardin calme et ombragé pour les motos.
Et puis, et puis, il a bien fallu rentrer, par l’autoroute, entre les autos, les radas fixes et les mobiles, les keufs à jumelles, et les caravanes bataves. Dernières effusions au Quick de Lançon, voyez comme c’est pathétique. Dislocation du groupe, de bons gros orages en pointillés jusqu’à Nice, toute la tristesse du monde.
Ah oui, merci Monsieur l’Organisateur, c’était bien, encore un peu d’efforts et ce sera parfait.
Je suis très content d’être venu, et je suis bien content d’être au Emçéhèma parce qu’ ils sont très gentils et que ce sera un souvenir qu’on chérira toute notre vie.



RESUME DU VOYAGE AVEYRON JUIN 2009

MDP (et Gab en soutien moral et logistique)
















Samedi 6 Juin 2009
pascal kirscher
Lu 1430 fois

actualités | bons plans | Resumés | voyages | règlement interieur MCMA | annonces | Mes videos | Sorties 2014 | Sorties 2013 | Sorties 2012 | Sorties 2011 | Sorties 2010 | Nos Sortie 2015 | Hors Club | Nos Sorties 2016 | Nos Sorties 2017 | Nos sorties 2018